CIA: Guerres secrètes

Publié le par Kormin

CIA : guerres secrètes

de William Karel

 

Directeurs et sous directeurs de la C.I.A., officiers de terrain, directeurs des opérations clandestines oublient la langue de bois pour nous expliquer le fonctionnement de l'agence, le recrutement de ses agents, ses mécanismes de protection, ses processus de décision, son réel pouvoir, ses manipulations, ses rapports avec le gouvernement américain. Et, surtout, ses échecs si nombreux !
A travers une multitude d'images d'archives et de témoignages absolument inédits, ce film tente de comprendre comment et pourquoi les intérêts de la diplomatie américaine ont été confiés à cet organisme mythique et pourtant si controversé.


Une série en 3 volets passionnante et inédite !

1er volet : 1947 - 1977 : Opérations clandestines

2ème volet : 1977 - 1989 : La fin des illusions

3ème volet : 1990 - 2001 : D'une guerre à l'autre

Ce DVD fut diffusé sur ARTE le 2, le 9 et le 16 aout. Les ayants enregistrés, je vous en fais un résumé (assez long -_-' ), volet par volet:

1er volet : 1947 - 1977 : Opérations clandestines

1942: Désastre de Pearl Harbor, à cause de l'inefficacité du FBI de prévoir l'attaque. Le président Truman crée donc en 1947, la Central Intelligence Agency, qui s'occupera désormais des affaires extérieures et de la sécurité nationale. Le FBI se contentera de la sécurité intérieure. La CIA n'est pas sommé de donner le moindre chiffre sur son organisation, y compris les salaires des hauts dirigeants. On sait qu'elle est passée de 35 salariés à ses débuts, à plus de 100.000 de part le monde, et d'un budget de quelques milliers de dollar, à entre 3 et 5 milliards.

Au départ, elle fut créer dans le but de recueillir et d'évaluer des informations, mais aussi d'intervenir dans des situations où la diplomatie s'avère insuffisante, mais le recours à la force armée déconseillée. La Guerre Froide naissante monopolisera une grande partie de ses services, et une fixation sera faite sur l'URSS.

La première de ses erreurs fut le recrutement d'officiers nazis dans ses rangs (voir mon article reprise: Quand l'Amérique recrutait des officiers SS ) afin de profiter de leurs expériences dans la lutte contre le communisme.

En 1953, Allen Dulles fut nommé Directeur de l'Agence. Ce fut sous sa direction que commencèrent les Opérations Clandestines. La première fut l'Opération Ajax.

En 1953, le Premier ministre d'Iran, Mossadegh, entreprend de nationaliser les puits de pétroles des grandes compagnies pétrolières, dont la Anglo-Persian Oil Company ( qui deviendra par la suite British Petroleum). L'Angleterre décrète alors un embargo international sur l'Iran, créant le chaos dans le pays. Mais les compagnies pétrolières trouvent cette mesure insuffisante. Le gouvernement britannique fait pression sur le président américain, et celui-ci donne l'autorisation à la CIA de renverser le gouvernement socialiste de Mossadegh et d'installer au pouvoir le Shah Reza Pahlavi, ce qui fut fais en 1954.

La même année, au Guatemala, le président Guzmán projette une réforme agraire. Cette réforme prévoit de redistribuer une partie des terres appartenant à la firme américaine United Fruit aux paysans les plus pauvres, ainsi qu'une taxe modeste sur l'exportation. La firme américaine demande alors au gouvernement de provoquer la faillit du pays. L'opération PB/SUCCESS permis de renverser le gouvernement et d'installer le dictateur Carlos Castillo Armas au pouvoir, dont le premier geste sera d'annuler le projet de réforme agraire.

En 1960, le Congo acquiert son indépendance. Patrice Lumumba, leader de la gauche, devient le premier Premier Ministre du Congo. Les Etats Unis, qui convoitent la richesse minière du Congo, encouragent alors le coup d'Etat du général Mobutu, et la CIA lui livrera Lumumba qu'il découpera en morceau avant de faire fondre les restes dans un bain d'acide.

A cette époque, la CIA se croit alors invincible. Elle est capable de dire au président des Etats Unis: "En dernier recours, nous pouvons vous aider à faire tomber un gouvernement et de le faire remplacer. Nous pouvons vous offrir ce pouvoir". L'arrivée sur la scène internationale de Fidel Castro mettra fin à cette illusion. Dés sa prise de pouvoir sur Cuba, il nationalise les plantations sucrières de l'île et pactise avec l'URSS. En 1961, la CIA met en place le débarquement de la Baie des Cochons. 1500 exilés cubains débarquent sur Cuba. Sous entraînés et sous armés, la CIA croit que Kennedy les soutiendra militairement. Finalement, celui-ci refuse, et le débarquement est un désastre complet. Kennedy finit par accepter le projet Mongoose pour se débarrasser de Castro. Celui-ci réchappa à 8 attentats en 2 ans. L'opération Northwood faisait partie de ce projet.

Allen Dulles attribua l'échec de la Baie à Kennedy, et commença une vraie campagne de propagande contre le président, lui attribuant tous les échecs de l'organisation. Kennedy souhaita dés lors reprendre le contrôle de la CIA, devenu un "état dans l'Etat", et limogea son directeur, Allen Dulles, furieux, et son sous-directeur Charles Cabell.

Le 22 novembre 1963, Kennedy meurt dans un attentat. Dés qu'il apprend la nouvelle, son frère se précipite dans les locaux de la CIA et posa cette question "Est ce que la CIA a tué mon frère ?". Allen Dulles, qui devait à Kennedy la perte de son post, fut nommé président de la Commission Warren, chargé d'enquêter sur l'assassinat de Kennedy. Celui-ci est aidé par Cabell, l'ancien sous-directeur lui aussi limogé, et dont le frère est le maire de Dallas. La conclusion de la commission fut qu’aucun complot n'avait été monté, et que Oswald avait agit seul. Le dossier de la CIA sur l'assassinat de Kennedy, 12 volumes, fut également "perdu" lorsqu'un employé de la CIA, disposant d'une autorisation pour le consulter, en fit la demande.

En 1964, les incidents du Golfe de Tonkin (attaque de deux navires US par de supposé viètcong) servirent de prétexte pour bombarder le Nord Vietnam et multiplier par 10 le nombre de militaire sur le terrain. En réalité, il est fort probable que ces deux attaques, dont une n'eut même pas lieu, aient été préparées par la CIA.

En 1967 fut lancé l'Opération Phénix. La CIA fut chargé d'appliquer un programme d'assassinats ciblés afin de détruire l'infrastructure Viêt-Cong dans le Sud Vietnam. Les cibles comprenaient des civils, comme des cadres ou des professeurs. Une vrai politique de terreur fut mise en place, notamment en signant chaque meurtre d'un As de pique sur les cadavres. Entre 20 et 40.000 personnes furent tuées de cette manière.

Pendant la Guerre du Vietnam, aux Etats Unis, fut mise en place l'Opération Chaos. 10.000 américains suspectés de "gauchisme" ou de déviance communiste furent surveillés et espionnés. Les écoutes téléphoniques et les ouvertures de courriers étaient fréquentes. Le but étant de démanteler toute forme de protestation. Ce programme fut soutenu par le Président Nixon. Lors de l'affaire du Watergate, le CIA refusera de le couvrir.

En 1971, au Chili, Salvador Allende, socialiste, est élu. La CIA réussit à créer un chaos économique et social dans le pays pour faciliter une intervention des militaires. La CIA soutiendra le Coup d'Etat qui verra la mort d'Allende, et la mise au pouvoir de Pinochet.

En 1976, les responsables de la CIA sont forcés de s'expliquer devant le Congrès de leurs agissements pendant l'Opération Chaos, qui bafouait touts les droits des Etats Unis, de l'Opération Phénix, ainsi que de l'intervention au Chili. Une fois élu, le Président émis une loi selon laquelle plus aucun assassinat politique ne devait être commis.

2ème volet : 1977 - 1989 : La fin des illusions

En 1977, le président Carter nomma Stanfield Turner directeur de l'agence. Celui-ci fut vite détesté par nombre de personne en essayant de réformer la CIA.

En 1978, alors que la CIA affirmait que tout allait pour le mieux en Iran, la Révolution Islamique commence. C'est l'arrivé des islamistes sur la scène internationale, dont la CIA ne connais rien. C'est une véritable surprise. Les USA restent passifs et abandonnent tout soutient au Shah qu'ils avaient porté au pouvoir en 1954. Turner commence à démanteler la CIA et licencie 600 personnes, dont nombre d'agents de terrain.

En 1979, l'URSS débute son invasion en Afghanistan. Carter demande une intervention de la CIA, mais celle-ci ne dispose d'aucun renseignement sur le terrain. Elle commence alors à armer la résistance afghane. Mais au même moment, c'est la prise d'otage de l'ambassade américaine à Téhéran. Carter doit alors impérativement obtenir la libération des otages avant les présidentielles s'il veut être réélu. Reagan et ses proches font alors tout pour torpiller les négociations qui seront même interrompu. Reagan gagna les élections, et les otages furent libérés le jour de la passation de pouvoir entre Carter et Reagan. Le directeur de campagne de Reagan devient dés lors le directeur de la CIA. William Casey renforce l'agence et intensifie les opérations.

En 1981, le CIA prône le rétablissement de l'ordre au Nicaragua et finance les Contras, des groupes terroristes opposés au gouvernement sandiniste. Des opérations clandestines sont également menées au Salvador et au Honduras. Dans le milieu des années 1980 éclate l'affaire de l'Irangate: la CIA vendait des armes à l'Iran, alors en pleine guerre contre l'Irak, récupérait l'argent et s'en servait pour financer les Contras.

La Guerre en Afghanistan poursuit son court, et le soutient militaires des Américains atteints un milliard de dollar par an. Une goutte d'eau quand on sait que la Guerre Froide aura couté aux Américains près de 13 000 milliards de dollars. L'URSS est alors engagée dans une course à l'armement qui lui sera fatale. Jusqu'à 40% de son budget sera consacré à la défense. La Chute du Mur de Berlin en 1989, puis la Chute de l'URSS en 1991 sera une véritable surprise pour tout le monde, CIA et KGB compris. La Guerre Froide ayant pris fin, chaque pays procède à une coupe drastique dans les budgets des services de sécurités, et commence à les démanteler. La CIA cherche alors à s'adapter à la nouvelle donne mondiale, mais se perd dans la bureaucratie, et tend alors à manquer d'efficacité.

Le mot de la fin revient à Richard Steele, employé à la CIA aux Opérations Secrètes: "A chaque fois qu'on pense que les Etats Unis ont franchi les limites de la bêtise, ils font quelque chose d'encore plus débile"

3ème volet : 1990 - 2001 : D'une guerre à l'autre

 

 De Bush père à Bush junior, de la première guerre du Golfe à la seconde qui s'annonce, du premier attentat contre le World Trade Center en 1993 au 11 septembre 2001, William Karel plonge au cœur du fonctionnement de la CIA et décortique la réalité de son pouvoir.

Avec la fin de la guerre froide et la disparition de l’Union soviétique, la CIA était devenue oisive. Privée de son éternel ennemi, elle était morte cliniquement. Ses erreurs d’appréciation lors de l’invasion du Koweït, le désintérêt de Clinton pour les services secrets et l’effondrement de son crédit avaient fait d'elle un monstre bureaucratique inutile, nostalgique d’une époque où l’on identifiait encore ses agents à James Bond.

De Bush père à Bush junior, d’une guerre contre Saddam Hussein à l’autre, ce documentaire propose de plonger au cœur du fonctionnement de la CIA, de décortiquer la réalité de son pouvoir. De raconter la guerre que se livrent la CIA et le FBI, le poids des lobbies pétroliers dans la vie politique américaine, les relations des États-Unis avec l’Arabie saoudite, les liens qui unissent la famille royale saoudienne et Ben Laden. De tenter de comprendre pourquoi ni le FBI ni, surtout, la CIA n’ont pu déjouer les plans du réseau terroriste Al Quaïda.

Source: site d'ARTE

Publié dans Archives

Commenter cet article